ActualitéCommunication politique

Partis traditionnels : crise d’image ou crise réputationnelle ?

By octobre 23, 2016 No Comments

Depuis plusieurs années, les partis politiques traditionnels wallons sont en difficulté. Crise d’image ou véritable crise réputationnelle ? L’avènement des mouvements comme Nuit Debout est symptomatique de ce refus d’une représentation politique élitiste.

Insidieuse, cette crise réputationnelle est destinée à se poursuivre sans remise en cause du fonctionnement du système politique et de sa communication. Restaurer la confiance n’est pas chose aisée. Les réseaux sociaux, une réponse pour ce rapprochement citoyen-politique tant attendu ? Une solution de plus, mais pas un miracle.

1674895193_b978697338z-1_20160519124109_000_g0b6ql8mj-1-0

Source : http://www.lesoir.be/1214014/article/actualite/belgique/politique/2016-05-18/grand-barometre-politique-n-va-s-ecrase-mr-chute

Les politiciens wallons ont perçu les réseaux sociaux comme une véritable opportunité, tout en oubliant souvent de renforcer les autres moyens de communication interactifs. Faire la politique autrement ? Créer une démocratie interactive (ou liquide) serait la solution au maintien de la représentation politique et des partis politiques sur le long terme. Elle semble être un bon compromis entre la démocratie représentative et la participative. Elle n’est pas née de l’avènement des réseaux sociaux, pourtant ces outils semblent avoir un pouvoir important.

La mauvaise compréhension des enjeux du web social par le politique rend pour le moment cette démocratie impossible tant par cette première difficulté que celle de communiquer directement vers le citoyen. Les réseaux sociaux ne créent pas les mouvements sociaux. Il faut avant tout une volonté contestataire d’un groupe de personnes. Les réseaux sociaux viennent juste comme support d’amplification de cette contestation. La difficulté à comprendre les enjeux du web participatif se traduit par son obsession à faire son autopromotion plutôt qu’à écouter les citoyens en vue de s’adapter.

Pourtant, notre société évolue et les partis semblent avoir du mal à se réorganiser. Dans des démocraties où la transparence est de plus en plus une arme fatale, il semble que l’effet tour d’ivoire n’est plus permis. Il devient nécessaire pour les partis politiques de revoir leur stratégie de communication envers le citoyen. Fini le temps de l’information, il est nécessaire de passer à l’ère de la communication en renouvelant la conception des citoyens. Ils sont une mine d’or sur le fonctionnement de notre société. Il devient urgent d’utiliser la political intelligence pour les écouter si les partis veulent se maintenir sur le long terme.